À propos du département

Voir les fiches descriptives dans la rubrique « Formations et inscriptions »

Sous le règne de Louis XIV le mouvement artistique est dirigé par le peintre Charles Le Brun et, sous sa direction, Charles Boulle (ébéniste du roi) innove le plaquage de marqueterie en utilisant la feuille d’ébène, le cuivre, l’étain et l’écaille pour ornementer ses créations2,3.

En France, c’est au milieu du XVIIe siècle que la vieille corporation des menuisiers accueille cette nouvelle catégorie d’artisans initialement « menuisier en ébène » et crée la Jurande des maîtres ébénistes. Dans ce pays, il existe un musée présenté comme étant le seul à présenter ce type d’exposition et de collections de meubles et d’ateliers de fabrication très spécifiques. Situé au Le Pont de Beauvoisin Il permet de découvrir le travail des artisans qui firent la réputation de cette petite ville dauphinoise, présentée comme la « cité du meuble » depuis le règne de François 1er4.

Désormais, et jusqu’à la suppression des corporations en 1791, une distinction très nette s’établit entre ces deux métiers qu’il ne faut pas confondre. Les ébénistes sont représentés au concours des meilleurs ouvriers de France (ayant lieu tous les trois ans) depuis le début du XXe siècle.

Au xxie siècle, le métier est en constante évolution avec l’emploi de nouveaux matériaux, ainsi que l’utilisation de machines de plus en plus performantes, et notamment les machines à commandes numériques.

Fin du contenu

Aucune page supplémentaire à charger