Création d’un diplôme valant grade de master

ÉCOLE BOULLE - ESAA DUPERRÉ - ÉCOLE ESTIENNE - ENSAAMA - Post-dsaa design, création, projet, interdisciplinarité

Création d’un diplôme valant grade de master porté par les quatre écoles accueilli dans une structure partenaire, une institution culturelle, une entreprise 

Déployé sur deux parcours :
- Création, conception, production
- Création, médiation, diffusion

Portail pour les demandes de dossiers de candidatures :
http://ensaama.net/dossiers/

 

MASTER DESIGN : CRÉATION, PROJET, INTERDISCIPLINARITÉ

Les quatre écoles supérieures de design de Paris réunies en association portent un projet de diplôme valant grade de master en design. L’objectif de ce cursus est de former des designers chercheurs capables de questionner les formes de l’environnement humain tout autant que leurs propres champs disciplinaires.

Fondé sur l’interdisciplinarité, issue du croisement de quatre écoles dont les champs de compétence en design sont complémentaires, le master tire aussi sa spécificité d’un accueil en résidence, pour des cycles de deux ans, dans une structure partenaire, une institution culturelle ou une entreprise.

La formation propose un cursus de recherche par le projet de design au sens entendu d’une recherche-action, qui vise à transformer la réalité et à produire des connaissances concernant cette transformation.[1] Ainsi défini, le master distingue deux parcours : « Création, conception, production » et « Création, médiation, diffusion ».

L’aboutissement concret du master s’incarne à travers la production d’exposition(s) et la publication d’une revue, outils de médiation des projets-recherches menés en équipes pluridisciplinaires.

 

Un master interdisciplinaire

Cette association de quatre grandes écoles publiques de design est inédite par son ampleur et la diversité des pratiques, des métiers et des ressources qu’elle offre. Elle constitue le premier argument de l’interdisciplinarité recherchée.

Les ressources propres à chaque école sont mobilisées selon des modalités et un calendrier précisé en cours d’année, en fonction de l’état d’avancement des projets, notamment au sein des ateliers, où un encadrement dédié est prévu.

Des équipes pluridisciplinaires, issues de deux DSAA différents a minima, sont formées en début de M2 pour identifier et mener à bien un projet de recherche collectif sur l’année.

Dans cet objectif, un recrutement de six étudiants par école est visé.

Les structures d’accueil comme le Mobilier National, ou les partenaires du master comme le Cnam peuvent aussi être sources d’interdisciplinarité, avec des domaines d’expertise extérieurs au monde du design.

 

Un master en résidence

Institution culturelle, friche, incubateur ou entreprise, le lieu de résidence offre au master des ressources, collections, bibliothèque, laboratoires, spécialistes et ateliers. Elle offre des outils de médiation, salle de conférence, d’exposition, site internet. Elle permet l’accès à des outils de production.

C’est aussi, et surtout, un territoire privilégié de questionnement, d’études et de rencontres, potentiellement source de projets dans de nombreux domaines.

Première structure d’accueil du master pour 2015-2017, l’institution du Mobilier National et le site des Gobelins représentent un écosystème singulier, riche en potentiels de recherches : sur le plan urbain, architectural, patrimonial, historique, sociologique voire anthropologique, en termes d’identité, de programmation et de médiation culturelle, en tant qu’outil de production singulier, pour la richesse de ses savoir-faire, celle de ses archives et collections...

Cette année les premiers étudiants du master se sont beaucoup intéressés à la réinterprétation de savoir-faire d’exception étudiés in situ, au service de leur propre pratique créative. De nombreuses autres entrées sont envisageables pour engager un projet de design au sens large, en résonance avec la spécificité de l’institution.

Il semble pertinent, au regard du partenariat induit, de questionner le site d’accueil dans toutes ses dimensions pour définir le projet de recherche. Néanmoins, l’ancrage du projet porté par chaque équipe n’est pas obligatoirement conditionné par la résidence elle-même, dont il est possible de s’émanciper si le projet le justifie.

 

Structure pédagogique

Le M1 est calqué sur le cursus propre à chaque DSAA2, complété par un séminaire de socio-anthropologie orienté sur la recherche en design, qui appuie le travail du mémoire au 1er semestre (octobre-novembre).

Le M2 est constitué de séminaires et de workshops, d’un stage professionnel de vingt semaines, de l’accompagnement des projets-recherches menés en équipe, de la conception et de la production des outils de médiation de ce travail sous la forme d’exposition(s) et d’une revue.

Le séminaire « Économie et droit du design » et le séminaire « Recherche en design » permettent la rencontre avec des professionnels et des spécialistes du design à différents titres. Dans le cadre du séminaire recherche, les interventions et échanges font l’objet d’articles qui contribuent à la revue.

Les workshops rythment l’année et constituent les points d’étapes successifs des projets-recherches : reconnaissance des compétences en présence, formation des micro-collectifs de recherche, identification de territoires d’action, mobilisation de ressources et partenariats externes, conception, développement et production, médiation.

Une fois identifié et défini, chaque projet-recherche fait l’objet d’un double-tutorat, par un enseignant du master et un enseignant ou un intervenant extérieur, choisi en concertation avec le collectif d’étudiants.

Les étudiants sont auteurs, contributeurs, designers, producteurs et éditeurs des différents médias qui permettent de communiquer et diffuser le travail de l’année.

Le stage professionnel individuel est un moyen d’acquérir des compétences, de mobiliser des ressources, voire des outils de production, en relation avec le projet développé collectivement.

 

[1] Recherche-action : « Recherche dans laquelle il y a une action délibérée de transformation de la réalité ; recherche ayant un double objectif : transformer la réalité et produire des connaissances concernant ces transformations ». (INRP, Paris, 1986)