Mention spéciale décernée à Inès HUERTAS

PRIX MATHIAS 2018

Atelier Décor et Traitement de Surfaces

Une mention spéciale accordée par le jury du Prix MATHIAS au projet d'Inès HUERTAS. La cérémonie de récompense organisée au MAD -Musée des Arts Décoratifs de Paris- fut l'occasion de pouvoir présenter à un public averti la console-coiffeuse "Modeste et Narcisse", projet de diplôme des métiers d'art 2018 réalisé dans l'atelier Décor et Traitement de Surfaces.

Le prix MATHIAS est destiné à encourager et soutenir un jeune créateur, en formation, autodidacte ou jeune professionnel dans le domaine des métiers d’art ou des arts appliqués. Pour la deuxième édition, l’association Matières libres créée par le designer MATHIAS a récompensé six lauréats, en décernant trois prix et trois mentions spéciales. Le jury 2018 composé de professionnels renommés dans les domaines des arts appliqués, de l’architecture intérieure, de la décoration, du design, des métiers d’art, de la presse, a donc primé six réalisations parmi les soixante quinze candidatures ayant répondu à l’appel du concours « matières en liberté » Inès HUERTAS est félicitée pour la création et la réalisation de sa console-coiffeuse « Modeste et Narcisse » réalisée dans le cadre du Diplôme des Métiers d’Art obtenu en juin 2018 dans l’atelier Décor et Traitement de Surfaces à l’école BOULLE. Avant la formation dans l'atelier Décor et Traitement de Surfaces de l'école BOULLE et l'obtention du DMA -diplôme des métiers d'art- Inès avait passé un brevet des métiers d'art -BMA ébénisterie- au lycée Professionnel des métiers de l'ameublement (lycée Faidherbe 75011 Paris). « Modeste et Narcisse » se présente comme une console-coiffeuse hybride, qui propose à son utilisateur en plus des fonctions d’usage, un moment où se regarder dans le miroir devient l’objet d’expériences existentielles plus intéressantes que la simple vérification de son image. Dans une société en mouvement constant, où l’image que l’on renvoie aux autres est essentielle, le rapport que l’on entretient avec son reflet peut être ambigu. Le miroir, matériau qui réfléchit, peut devenir alors une invitation à une réflexion sur soi. Si, pour Jean Cocteau, « les miroirs feraient bien de réfléchir un peu plus avant de nous renvoyer des images » pourquoi ne réfléchirions-nous pas autrement à ces images qu’ils nous renvoient ? « Modeste et Narcisse » nous invite à jouer avec les différents types de reflets. Le miroir se désacralise et nous incite à pratiquer une introspection salvatrice et un narcissisme positif. La douceur de ses formes, comme une aurore se levant sur le visage de l’utilisateur et ses jeux de profondeurs, comme un songe, offrent une parenthèse dans le temps pour se rencontrer soi-même. Matériaux : panneau de fibres, aluminium, miroirs, leds, laques et vernis.