Beaucoup de ses amis ont tenu à être présents.

L'hommage à Pierre RAMOND

En ce soir du mardi 16 février 2016.

Madame GIAMMARINARO, directrice de l’Ecole Boulle, accueille les participants et les remercie d’être venus aussi nombreux pour rappeler ce qu’était Pierre Ramond. Madame GIAMMARINARO ne l’a pas connu mais l’a découvert partiellement à travers le livre que Pierre et son frère René ont écrit en mémoire d’Elisa Lemonnier ? C’est par hasard qu’ils découvrent qu’elle est native de la même petite ville du sud-ouest qu’eux, Sorèse. Ils décident alors de creuser la vie de cette femme et lui dédient ce livre sur sa vie. Elle a, entre autre, beaucoup œuvré pour développer l’apprentissage chez les jeunes filles. Peu de personnes s’en étaient jusqu’alors préoccupés.

Puis vint la biographie personnelle de Pierre retracée par un conteur hors pair, ami de longue date, qui a su ouvrir les musées au monde de l’artisanat d’art. Et nous à l’Ecole Boulle, nous le connaissons bien. Vous avez deviné, il s’agit de Monsieur Daniel ALCOUFFE, conservateur général honoraire du musée du Louvre. Monsieur ALCOUFFE, avec beaucoup d’authenticité, nous raconta ce qu’avait été la vie professionnelle de Pierre et de son épouse Gigi.

Cela continua par la présence remarquée de celui qui sans conteste fit le plus long voyage pour participer à cet hommage, Monsieur Brian CONSIDINE Conservateur général du musée J.P. GETTY de Los Angeles, arrivé tout droit de la côte Est des Etats Unis. Accompagné de Monsieur Michel JAMET, restaurateur de mobilier, membre du jury général des MOF, enseignant honoraire de l’INP, ils nous montrèrent la complexité particulière de l’homme, de l’artisan marqueteur, de l’historien d’art, de l’universitaire, du professeur à l’Ecole Boulle puis d’Université en France et en Angleterre, de l’écrivain, de l’organisateur de colloques, du conseiller, de l’ami, du père de famille, du Monsieur qui s’engage et reste fidèle à ses racines sans jamais renier quoi que ce soit de ce qu’il a connu.

Ils en ont fait des voyages ces trois amis, accompagnés à chaque escales d’autres amis spécialistes à Paris, Versailles, Londres, New York, Los Angeles, enfin toutes ces villes à travers le monde dans lesquelles les musées les plus prestigieux les recevaient.

Que de liens amicaux ils ont pu tisser, pour eux bien sûr, mais également pour en faire profiter tous ceux qui un jour travailleraient avec eux.

Monsieur Charles BARJONNET, professeur honoraire d’histoire de l’art à l’Ecole Boulle nous lut une lettre que Pierre avait écrite et lui avait remise. Cette lettre nous rappelle que les projets de rapprochement entre différentes institutions est toujours difficile et qu’il en faut du temps pour aboutir quand ils aboutissent.

Et de façon plus légère Patrick GEORGE, expert en bois rares nous raconta quelques anecdotes que je ne vous écrirai pas ici, mais qui valent d’être entendues…

Puis arriva l’homme à la « motocyclette » décrit par notre collègue et ami, Monsieur Michel HUDAN. En quelques traits bien marqués, nous avons revu quelques-unes des péripéties motocyclistes de Pierre, motard de presse au journal l’Equipe, sur moto de trial ou de route.

Enfin quelques témoignages d’anciens étudiants comme Jean Yves RICHARD marqueteur, ébéniste, Jean Luc TAMISIER graphiste, Isabelle TAMISIER VÉTOIX conservateur du patrimoine et Patrick VASTEL professeur à l’Ecole, ont complété le tableau de cet homme aux multiples facettes qui a tant marqué tous ceux qui l’ont côtoyé.

Nous avons pu alors, tous ensemble, aller vers l’actuel atelier de marqueterie dont s’occupe actuellement notre jeune collègue et ami Pierre Henri Beyssac. C’est en sa compagnie, de celle de toute la famille de Pierre et tous les amis réunis que Michèle, sa fille, pu dévoiler la plaque nommant ainsi l’atelier de marqueterie de l’Ecole Boulle au nom de Pierre RAMOND, professeur à l’Ecole Boulle de 1967 à 2000.

Je conclurai cet article par le courrier que nous a envoyé Monsieur Dominique RANSON A Pierre,

Près de quarante années de partage et d'échange sur nos métiers d'abord puis nos communes professions nous avaient rapprochées.

Bien d'autres éléments "du tour de France de la motocyclette" et puis de simple joie d'amitié envers "Gigi, Mino" jalonnèrent ce relationnel d'instants privilégiés.

Si mes bras sont trop petits pour qu'elles soient avec toi réunies, sache qu'au fond de moi résonne et palpite le témoin de ces sentiments bien présents.

Si tes recherches, ouvrages, relations avec les sommités de nos métiers t'ont rendu célèbre tu n'en fus pas moins bienveillant, envers chacun de ceux que tu côtoyais, pourvu qu'ils soient à leur mesure ; authentique, heureux de faire et de s'accomplir à l'ouvrage.

Alors ta reconnaissance devenait source de joie, partage pour l'instant présent qui se traduisait chaleureusement par : « je te présente mon Collègue et Ami...

Sachant que chaque humain n'est que le fruit de son passé, c'est au nom de cette amitié réciproque, que je te dis au revoir Pierre, puisque ta présence et ces liens humanistes ne peuvent totalement s'effacer... Dominique Ranson

Merci encore à toute l’Ecole, à sa direction, à son administration et à vous toutes et à vous tous d’avoir répondu présent pour cet hommage.

Merci à Pierre de nous avoir réunis, et, où que tu sois Pierre, salut à toi l’artiste.

Patrick VASTEL