La démarche de projet en DMA1A

Nomades, objets et mobilier

Les arts appliqués en 2016

Si le mobilier accompagne l’usager dans chacune de ses activités quotidiennes, il s’adapte alors autant à la nécessaire sédentarité de l’habitat durable, qu’aux contraintes de nomadisme socioprofessionnel, corollaire du système économique contemporain. Par son étymologie certes, le mobilier ne reste logiquement pas en place… néanmoins, quel commanditaire déplace régulièrement ses meubles lorsque ils proviennent du domaine des métiers d’art ? Affaire de poids, de volumétrie, de matérialité onéreuse ou de fragilité d’emploi? Question d’habitudes dans le mode de vie, de doctrines culturelles ou de coutumes traditionnelles ?

Les étudiants de DMA1A des spécialités Ébénisterie et Restauration de mobilier explorent la thématique de recherche NOMADE en arts appliqués et en atelier au fil du 1er semestre. Depuis 1730 le terme désigne en français tout peuple qui ne dispose pas d’habitation, puis dès 1799 tout caractère qui leur est propre.  À partir du dix-neuvième siècle - période massive d’exodes socio-économiques et d’exils politiques - apparaissent les emplois figurés du nom puis de l’adjectif avec, selon Alain Rey, les valeurs « d’errant, d’itinérant ».

Par absence de logis, par défaut de domicile, NOMADE interroge l’errance et l’itinérance, sans qu’il s’agisse d’exotisme dans le voyage ou de divertissement dans la vacance spatiale, provisoire ou latente. Sans lieu affecté, comment s’installer ? Sans espace pérenne pour exister hors de la précarité, comment vivre réellement ? Quel minimum utile et mobile construire pour se nourrir, travailler, et se reposer ?

 

La problématique de séquence décline plusieurs axes de prospection dans le champ des arts de l’habitat, notamment :

Comment concevoir un mobilier nomade ? Comment introduire  du nomadisme au sein d’un meuble ? Nomadiser le mobilier consiste-il à indiquer une fonction, une structure ou une utilisation nomade ?

Les modes de vie nomades,  qui contredisent la sédentarisation, exigent-ils de stocker ou de ranger ?  De dissimuler totalement ou d’escamoter habilement ? De replier facilement ou de déballer astucieusement?

Le bivouac nomade, installation précaire et temporaire, expose-t-il un confort ou valorise-t-il un mode d’existence spartiate voire ascétique ? Comment fait-il rêver l’usager en évoquant l’ici et l’ailleurs? Comment dépayser potentiellement l’utilisateur en suggérant  le lointain et ses déplacements?

 

Durant les Portes Ouvertes de l’ESAA Boulle, les démarches de conception-réalisation des étudiants de Pascale Martin, Pierre Boirat et Pierre-Alain Le Cousin sont exposées dans l’atelier ébénisterie (1er étage) et celui de conservation-restauration de mobilier (4ème étage).

 

Tout autour…

Plusieurs expositions et catalogues publiés en 2015-2016 autorisent une approche critique et réflexive du traitement de ce thème commun au design et aux métiers d’art, depuis le Bivouac de Napoléon au Mobilier National jusqu’à Volez Voguez Voyager au Palais Galliera. 

PM