Du 28 septembre au 25 octobre

Echange TASK/Boulle 2015

Les ateliers japonais

Pour ces quatre semaines, nous avons eu la chance de pouvoir intégrer des ateliers d'art traditionnels japonais au sein de l'université TASK.

Avant notre départ, nous avons choisi de rejoindre un des nombreux ateliers d'artisanat traditionnel qui existent dans l'école. Une étudiante est allée en sculpture sur bois, deux en tressage de bambous, deux en laque et trois en céramique. Si certains de ces ateliers existent aussi en France, et même à l'école Boulle, la pratique est ici très différente ! Le premier élément perturbateur pour les français que nous sommes : quitter ses chaussures en entrant dans l'atelier. Les ébénistes boullistes portent des chaussures de sécurité ? Ici, on est en chausson. Viens ensuite l'installation sur notre poste de travail. Et pour plusieurs ateliers, c'est la première grande question : où allons-nous travailler ? Il n'y a pas d'établi, pas même de bureau... Les spécialistes du bambou, tout comme les laqueurs et les sculpteurs exercent leur art tout bonnement à même le sol, sur des tatamis, éventuellement en étant assis sur un petit coussin (les sculpteurs vont jusqu'à tenir leurs pièces avec leur pieds,plutôt qu'avec un quelconque étau). Cette façon de travailler entraîne une réelle humilité de l'artisan devant son oeuvre. L'interrogation suivante a été pour nous le dialogue : notre traducteur, Monsieur Suzuki (que nous remercions grandement !) ne pouvant pas se dupliquer, chacun s'est retrouvé par moments avec aucun outil de discussion (l'anglais n'est que très peu enseigné au Japon, on ne peut donc pas compter là-dessus). Mais la bonne volonté, la gentillesse et l'extrême pédagogie de nos professeurs (les "sensei" comme on les appelle ici) ont toujours permis d'avancer et de progresser. Les mots laissent place aux gestes, aux dessins, et tout le monde se comprend !