Echange entre TASK et l'école BOULLE

Voyage au Japon

A la rencontre des métiers d'arts

Nos premiers pas au Japon

Après 11 heures 30 de vol, nous sommes enfin arrivés à l’aéroport d’Osaka à 8h30 lundi matin. Monsieur Izumi Hironobu, professeur de vannerie en Bambou et Monsieur Kouno Shinya, notre traducteur, sont venus nous chercher à l’aéroport. Nous avons mangé le midi notre premier repas japonais avec eux, dans un restaurant populaire, puis nous sommes arrivés à l’Ecole TASK en début d’après –midi (TASK : TRADITIONNAL ARTS SUPER COLLEGE OF KYOTO).

A notre arrivée nous avons rencontré Monsieur Shintani, Madame Shintani et leur fille. Une cérémonie d’accueil, nous a permi de nous présenter , de rencontrer les élèves prochainement accueillis à l'ECOLE BOULLE, et de recevoir comme signe d’entrée à l’école, des « samoure » au nom de TASK (blouses traditionnelles que tous les étudiants portent ici).

Puis ce fut l'occasion d'une visite dans  les différents ateliers :  sculpture Bouddhiste et  sculpture ornementale, deux ateliers différents ici, car la sculpture des statues de Bouddha est très codée et traditionnelle. Les essences de bois sont essentiellement le Cyprès du Japon, qui sent très bon, et le pin récupéré des arbres arrachés lors de la catastrophe naturelle de l’année dernière. Ce dernier est utilisé d’ailleurs pour sculpter de toutes petites statues bouddhistes qui seront ensuite envoyées à Fukushima. Nous y avons participé au travers du workshop d’aujourd’hui en sculptant ces petites figurines.

Après un passage à l’atelier d’ébénisterie, dans lequel les étudiants se servent exclusivement d’outils manuels, et non de machines; c'est l’atelier de Céramique, un grand pôle de l’école TASK, dans lequel nous allons faire un workshop jeudi matin; qui nous à ouvert ses portes. Ce fut ensuite la découverte de l’atelier  métal, ainsi que celui de taille de pierre situé à l’extérieur, et qui relève d’une capacité physique assez impressionnante, malgré que le professeur nous ait assuré que le granit était une pierre « facile à sculpter ». L'après-midi, fut l'occasion d'une initiation à la laque traditionnelle « Urushi » : peinture sur assiettes,  égrenage et polissage de baguettes laquées afin de faire apparaître le décor coloré et incrusté de nacre et de poudre d’argent. La soirée se termina par la découverte d'un plat typiquement japonais, le « Okonomiyaki » (« cuisinez ce que vous voulez »), une sorte de crêpe japonaise très épaisse préparée avec amour par les étudiants japonais. Dewa Mata ! (à bientôt)