La démarche de projet en DMA1A

La prospective X 6

Les arts appliqués en 2014

Prolongeant l’exposition Arts & Cités de l’Institut National des Métiers d’Arts du 10 septembre au 10 octobre 2014, les documents relatifs aux démarches de projet de conception-réalisation des 6 équipes pluridisciplinaires, installés à l’ESAA Boulle dès le 7 janvier 2015, se situent dans l’espace vertical menant à l’Auditorium.

Ces six projets prospectifs témoignent de la diversité d’approche des équipes. Parallèlement, ils convoquent des savoir-faire issus des métiers d’art dont ils changent les échelles d’intervention, et les perspectives d’exploration de l’espace public. Simultanément, ils rappellent que l’avènement d’une civilisation urbaine demeure l’affaire des concepteurs capables de s’associer, à la croisée de leurs propres champs disciplinaires, pour répondre aux attentes des usagers et conforter leur désir de citoyenneté.

           6 Projets

La Fabuleuse Fabrique dispose deux plates-formes en bois aux usages évolutifs. Surélevée, la première crée une scène en implantant une paroi utile aux spectacles comme aux projections. Le second plancher libère des assises et des plans de hauteurs et longueurs variables afin d’y déjeuner, tandis qu’une des rives propose des plans inclinés afin de s’y étendre. Fabriquées avec la terre collectée sur le campus, des cloches permettent aux installations d’être reliées par un fil sonore et proposent un nouveau rythme au territoire.

Anaïde Fleig (DMA reliure, Estienne) Sarah Laaroussi (DMA céramique, Duperré) Adrien Leclerc Cédric Petit (L3 & L2, EnsaVT) Jason Pocklington & Robin Poupard (DMA ébénisterie, Boulle).

Les Pousse-bouchons créent un mobilier qui s’adapte à de pluriels usages, individuels comme collectifs. Il s’agit d’un mobilier flexible qui se reconfigure par regroupement ou déploiement. Léger, il se déplace au gré des besoins, sans se désolidariser. Au sein d’une succession de modules dont seules les extrémités se révèlent fixes, chaque bloc devient mobile par translation. Réalisés en liège, mousse et acier, ces modules garantissent de rester hydrofuges, amovibles et légers.

Xin Gong (EIVP) Lila Miloud (DMA reliure, Estienne) Gratianne Bourgouin & Camille Roblin (DMA ébénisterie, Boulle) Ilyas Elhams & Théophile Noyer (L2 & L3 EnsaVT)

Le Déjeuner sur l’air propose une pause aérienne, les pieds décollés du sol et le corps en suspension. Son principe articule trois modules pour occuper l’espace. Il s’agit d’une table aux assises suspendues, suivie d’une plate-forme basse évoquant un radeau, et accompagnées de chaises mobiles accrochées par des câbles. Réalisés en bois et en drisses tissées, les modules reconfigurent de micro-espaces publics d’où il s’agit de décoller, pour se balancer et, temporairement parvenir à flotter, hors des contingences plus terrestres.

Caroline Bach (DMA tapisserie, Duperré) Liyuan He (EIVP) Clara Jolly (DMA gravure, Estienne) Pernelle Roux (DMA ébénisterie, Boulle) Gaelle Albert & Antoine Scalabre (L3, EnsaVT).

Accident de parcours conçoit un module dont l’implantation dessine une ligne brisée, et permet au public de prendre une pause, hors de la trajectoire usuelle du Campus. Des structures dont les vues de profil apparaissent triangulaires, réalisées en chêne deviennent supports de tissage, au moyen de sangles imperméables de tailles variables. Celles-ci définissent des espaces d’assises propices à la rencontre, au jeu comme au repos. Créant une signalétique écarlate, l’entre-tissage des sangles y polarise l’attraction du regard, modifie les trajets piétons et contrarie la perception morne des bordures de voirie suburbaine.

Sarah Ho-Laigret & Adèle Meunier (DMA textile, Duperré) Loïc Hanquier (DMA gravure, Estienne) Adrien Leroux (DMA ébénisterie, Boulle) Ingrid Bertin & Zareen Kadimi (L3, EnsaVT).

Tissage urbain oriente sa démarche afin de rassembler les différents pôles constituant le territoire du campus, et favoriser la rencontre entre ses usagers. Il s’agit ici de fédérer une territorialité fragmentée, en implantant de hautes structures aériennes, dont les cadres métalliques deviennent le support au déploiement d’ombrières contemporaines, tissant leurs drisses de couleurs vives selon les motifs dits « ténériffe », en accordant au savoir-faire textile une échelle urbaine, à vocation signalétique et donc garante de visibilité.

Adèle Bouvier (DMA textile, Duperré) Geneviève Quarré de Boiry (DMA reliure, Estienne) Pénélope Charpentier & Florian Benedetti (L3, EnsaVT) Mohamed Rida Jaoujane (EIVP) Pierre Boulot & Valérian Rambaud (DMA ébénisterie, Boulle).

Web island propose plusieurs installations disposant chacune d’une spécificité fonctionnelle : lecture, repos, jeu. Il s’agit de promouvoir la dynamique sociale du campus, et d’encourager les rencontres et les initiatives collectives. Alliant bois et cordages, chaque installation se distingue par sa propre couleur. Un sol bois, régulièrement perforé tel un ever-green, accueille les supports verticaux d’échelles variées, que sa trame unificatrice permet à la fois de répartir avec souplesse et avec efficacité, au gré des nécessités d’usage.

Océane Carbou (DMA gravure, Estienne) Aurélie Lenne-Onana (DMA ébénisterie, Boulle) Émilie Nguyen Van Sang (EIVP) Pierre Poirey (DMA céramique, Duperré) Alexandre Blanc & Florian Monniot (L2 & L3, EnsaVT).

 PM