Samuel ACCOCEBERRY, Designer

Le design pour l’autre, ses objets et sa mise en scène ordinaire

Mardi 9 12 2014, 18-20h, Auditorium Boulle

Lors de cette conférence, Samuel ACCOCEBERRY, designer – Lauréat du Grand Prix de la Ville de Paris et du Label VIA en 2013 - aborde la question de l’altérité et de la relation aux usagers dans la démarche de conception en design. Il présente également les recherches issues de sa résidence au Pôle Expérimental en Métiers d’Art, ainsi que sa mission de directeur artistique auprès de Bosc et Pyrenea.

Cette conférence intervient dans le contexte de la Formation Complémentaire en Métiers d’Art & Design, destinés aux titulaires des DMA de l’ESAA Boulle issus de la promotion 2014. Dans le cadre du Module d’enseignement théorique consacré aux Sciences Humaines et Enjeux Culturels - domaine auquel se rattache tout enseignement en histoire des arts - il s’agit d’aborder l’actualité de la conception en design, et son inscription dans le vaste panorama de l’histoire culturelle.

Certes le design, discipline vivante et en perpétuel renouvellement, appartient bien à l’histoire des arts industriels. Néanmoins héritier du rationalisme et du fonctionnalisme, le design n’en demeure pas moins critique aujourd’hui des doctrines et des théories partiellement issues de la mécanisation au pouvoir. En la nommant, Siegfried Giedion précisait également : « outils et objets sont le prolongement de nos attitudes fondamentales au monde extérieur ; de ces attitudes procéderont  nos pensées et nos actions ; tous les problèmes, toutes les œuvres d’art, toutes les inventions reflètent une attitude spécifique sans laquelle ils n’auraient jamais vu le jour ; l’individu est poussé par des forces centrifuges : argent, puissance, gloire, mais il suit sans le savoir l’orientation de son époque et reproduit son attitude vis-à-vis d’une forme ou d’un problème particulier ». [1]

 

Dès lors en design, interroger l’altérité, penser la place de l’Autre, et questionner les usages tout en respectant l’horizon d’attente des usagers, ne consiste-t-il pas à s’éloigner des forces centrifuges de l’argent, de la puissance et de la gloire – d’aucuns désigneraient ici les scintillants mirages du Luxe – pour revenir à l’essentiel ?

 

Depuis ses premiers projets, Samuel ACCOCEBERRY accorde à la matière, plus encore peut-être qu’aux matériaux, un rôle prépondérant. Le bois, la terre, ou la laine, parce qu’ils s’adressent à celui qui utilise l’objet, avant même qu’il ne puisse en percevoir l’extrême technicité, dans le détail de mise en œuvre. De fait lors de sa résidence au Pôle Expérimental des Métiers d’Art de Nontron en 2012, il a collaboré avec des ébénistes et une céramiste. Ailleurs, dans les Pyrénées et au Pays basque, il aime travailler avec des artisans locaux, et utilise des essences régionales. Et puis, au-delà de la multitude des projets élaborés depuis près de quinze ans, persiste une conviction : celle que la cohérence d’une démarche en design permet de créer des objets simples. Simple ? Oui, mais toujours avec un détail malin qui s’adresse d’abord à l’usager, qui lui rend le quotidien remarquable. Et une exigence graphique qui accorde du rythme et rend l’ordinaire poétique, mais aussi joyeux.

 

En aval, et spécifiquement pour les étudiants de la Formation Complémentaire en Métiers d’Arts Design (MADe) et dans le module de Sciences Humaines et Enjeux Culturels, Pascale Martin, dispense un cours jeudi 11 décembre de 16h à 18h qui traite des notions liées à la prospective dans les domaines du design, de l’ameublement et du logement notamment les Objets innovants et le renouvellement des pratiques quotidiennes dans l’habitat contemporain.

 

Pascale Martin

 

1. S. Giedion, Mechanization takes commands, New York, Oxford University Press, 1948, p. 21.