DSAA 1 Design Produit

Visite de FabLab à Tokyo

du 4 au 17 Octobre 2014

Dans le cadre du workshop des DSAA1-dp à Tokyo du 4 au 17 Octobre 2014, nous avons eu envie de découvrir la communauté des makers TokyoÏtes, ou Fabbers. Ils se réunissent dans des espaces de création basés sur le modèle du FabLab.

Nous avons choisi de visiter le FabLab Shibuya et le FabCafe, deux lieux de rencontres et de fabrication aux politiques différentes.
A travers ces visites, l’enjeu était notamment d’appréhender des mises en application nouvelles du format FabLab, qui pourraient être réinvesties dans la conception du Bureau Numérique de l’école Boulle.

Les deux espaces situés dans le quartier hyperactif de Shibuya ont pris le parti de s’ouvrir à tous, designers, architectes, ingénieurs et graphistes mais aussi simples curieux et bricoleurs avertis. Aucun ne se focalise sur la création d’un noyau dur d’initiés comme c’est souvent le cas en France. Les lieux sont tenus par des modérateurs issus de formation en ingénierie ou en création.

Chaque espace de création propose des kits de découverte stimulants et communicatifs permettant d’avoir une première approche guidée et un panorama succinct des possibilités des outils disponibles. Ils proposent aussi des après-midi de formation si certains désirent se plonger dans l’apprentissage des outils de manière plus approfondie. Ce système ouvert leur permet de mettre l’accent sur la spontanéité et l’esprit d’initiative individuel.

La philosophie du FabCafe s’étend au delà de la simple création. Daiki, Fab engineer et Toshimasa, directeur de l’exploitation veulent en effet promouvoir l’idée que l’on peut venir créer un objet aussi simplement que l’on peut boire un café pure origine dans leur espace, avec toutes les notions de qualité, d’appropriation et d’initiative que cela implique. Le FabCafe entend créer un réseau international à travers deux manières de fonctionner, le B to C services (business to customer) ; l’ouverture au public associée au B to B services (business to business), une connexion au marketing à travers des événements ou des projets en partenariats avec des entreprises. A travers des événements valorisant des rencontres autour d’un projet commun qu’ils appellent les soirées FabMeetUp, le FabCafe entend changer le rapport à la production d’objet en permettant à n’importe quel individu de pouvoir devenir acteur dans le mode de production.

Souhaitant également mettre en valeur ce nouveau type de production, le FabCafe a participé aux Global Creative Award, un concours international dédié aux nouveaux modes de création et exposera tous les gagnants.

La volonté des fondateurs des lieux de développer leur philosophie en dehors de Tokyo s’exprime également à travers l’accompagnement de plusieurs initiatives semblables à la création du FabCafe à Tokyo dans des villes comme Barcelone, Taipei, Bangkok, Sitges et Toulouse afin de croiser des modes de pensée et de connecter autant cette communauté makers très internationale que des personnes voulant s’expérimenter et s’impliquer dans ce type de lieux.

Parmi les offres de découverte qu’ils proposent, l’idée de macarons gravés au laser a retenu notre attention. Cette solution permet de communiquer et de diffuser leur concept simplement, en touchant un public large et en invitant à une exploitation non conventionnelle des machines disponibles dans leur espace tout en valorisant la personnalisation.

Le FabCafe est une structure manifeste d’un nouveau rapport individuel aux objets qui se diffuse progressivement dans l’esprit du grand public. Le FabLab Shibuya est à la fois un atelier de prototypage rapide pour les jeunes entreprises situées dans le même bâtiment et un espace de conception ouvert au public.

Dans une volonté de démocratiser les innovations possibles en matière de création, il propose un premier aperçu grand public des machines et de leurs usages au magasin Loft. L’espace Loft&Fab permet à tout acheteur d’un objet du magasin de le personnaliser sur place à partir d’un modèle préexistant ou d’une création spontanée. Cette posture leur permet d’inviter une clientèle à s’éveiller aux outils en venant à eux, et de leur laisser la possibilité de poursuivre ensuite l’expérience au sein du fablab qui propose une plus grande variété d’outils et une vraie aide à la conception d’objets plus complexes. Les modérateurs des lieux sont ici aussi acteurs. Ils ont par exemple réalisé le projet Glitch Knit en hackant une machine à maille.

Très proche des start-ups Tokyoïtes, le Fablab Shibuya organise régulièrement des workshops, seul ou avec des entreprises désireuses de s’essayer à des expériences prospectives.

Bien qu’étant des espaces collectifs ouverts à tous, le Fabcafe et le FabLab Shibuya restent accessibles pour des projets individuels. Si on perd un peu de l’esprit d’entraide propre à une communauté forte, disponible et spécialisée émanant du modèle originel du MIT, ces espaces à taille humaine valorisent des rapports fluides et spontanés.

Ainsi, ces deux institutions illustrent la notion omniprésente au Japon d’Omotenashi, qui désigne, plus que le simple service rendu, un engagement, une rencontre significative et fertile.

Lou Vettier & Tom HEBRARD pour la section DSAA 1 Design Produit