DSAA Design Produit - Clara Ascenzio

Neih Hou Hong Kong

Trois mois de stage hors norme à Hong Kong

Depuis 2 mois je déambule dans ce vaste univers si particulier qu’est Hong Kong. Ici mes journées se rythment entre mon stage de designer chez TEG International, une entreprise (française) de mobiliers d’extérieur pour la grande distribution, et mes découvertes du week-end, entre création et inspiration.

Une expérience professionnelle …

Ici design et marketing font la paire, quand ils ne sont pas très vite rejoint par la technique. Il n’y a qu’un pas entre le dessin et le prototype, il faut donc penser au moindre détail de l’objet dès le départ et trouver ce qui va créer l’attraction du futur client (les marques de grande distribution). Un système d’assemblage simple, une ligne élégante, un transport facilité, tout peut faire basculer (ou non) la balance. Ce n’est qu’une question de proportion après tout.

Pour autant l’innovation n’est pas mise à l’écart. Même si les produits se créent avec les possibilités des usines alentours (l’avantage de vivre à la frontière de la Chine), les concepts aussi se permettent d’exister, de s’épanouir pour, quelquefois, éclore en produits commerciaux. La nécessité laisse alors place à l’imagination, pour le plus grand plaisir des clients mais aussi pour mon plus grand plaisir…

… mais surtout une expérience humaine

Entre le quartier sur-vitaminé de Lan Kwai Fong et les plages solitaires de Tai Long Wan en passant par le Peak surplombant la baie du haut de ses 400m, un continent entier s’est amassé dans 1 104Km2. Il suffit d’une station de MTR (métro) pour passer d’une grande ville Occidentale au petit quartier chinois, et de 20min de bus pour atterrir dans un village de pêcheur où les cahutes se confondent avec les bateaux. C’est un Hong Kong vraiment particulier que je découvre de jour en jour, loin de l’a priori que j’ai pu avoir en arrivant d’une ville peuplée de personnes aisées et d’occidentaux en mal de pouvoir d’achat.

Ici comme partout ailleurs le niveau de vie de chacun est très inégal, cela n’empêche pas pourtant cet extraordinaire melting-pot qui fait de Hong Kong une ville ouverte sur toutes les cultures, où les individus vivent beaucoup en extérieur (la cause aux appartements réellement minuscules) et partagent. Partager quoi ? Bien souvent uniquement leur mode de vie et cela est entièrement suffisant : un repas de famille (et les familles sont grandes) dans un 10m2, une soirée camping à 2m d’un océan peuplé de planctons lumineux, une balade en vélo sur une digue en pleine mer, une promenade spirituelle dans les multiples temples bouddhistes et taoïstes au milieu des buildings …  Enormément d’expériences inédites au quotidien qui font de Hong Kong un monde à part entière.

Et la manifestation alors ?

Comment ne pas évoquer ce qui se passe ici et qui intéresse le monde entier : le mouvement de contestation contre le gouvernement chinois. Pourquoi cela intéresse autant hors des frontières ? Car cela remet en question toute la dominance politique de la Chine sur ses pays limitrophes, et ne concernent donc pas que Hong Kong à bien y réfléchir. Taiwan par exemple subit les mêmes pressions. J’ai assisté à une de ces manifestations à l’image même du peuple Hong Kongais : aucunes dégradations ni de déchets, tout est propre, les gens sont souriants et posés. Les manifestants sont ravitaillés en eau et nourriture, des tentes sont montées au beau milieu des carrefours pour accueillir enceintes et micro… On se croirait presque dans un spectacle de rue s’il n’y avait pas ces bus placés en travers de la route, recouvert de mots de contestations et de caricatures du chef de l’exécutif, Leung Chung-Yin. Je n’ai croisé aucunes forces de l’ordre ce jour-là. Aucune violence. Le boulevard de Nathan Street devenu piéton, je ne pensais jamais voir ça.

Comme quoi tout peut arriver, même à l’autre bout du monde.

Clara Ascenzio